Présentation

Soixante-dix ans après les faits, l’historiographie de la Shoah semble avoir connu deux périodes distinctes. La première s’est développée dans le sillage des procès internationaux tenus à Nuremberg de 1946 à 1949. On y avait de fait élaboré une première esquisse de l’histoire de la conception et de la mise en œuvre de la « solution finale de la question juive », mais on avait aussi constitué à des fins judiciaires un immense corpus de sources dont les historiens allaient être dépendants pendant des décennies : archives non détruites des administrations allemandes et interrogatoires par milliers des responsables nazis impliqués de près ou de loin dans cette politique criminelle.

La chute du Mur de Berlin à la fin des années 1980 a bouleversé cette donne. Outre qu’elle a contribué à combler progressivement le fossé entre les historiographies développées de part et d’autre du Rideau de fer, elle a surtout enrichi de manière massive les archives disponibles en rendant accessible l’ensemble des documents saisis par l’Armée rouge à la fin de la guerre et gardé au secret depuis lors. C’est peu dire que cette révolution documentaire a renouvelé notre connaissance de la Shoah. Qu’on pense ici à l’extraordinaire nouveauté, en son temps, du livre de Götz Aly, Endlösung, où il intégrait dans son récit un grand nombre d’informations inédites découvertes à Moscou. Qu’on songe aussi à la formidable série d’études régionales sur la partie orientale de l’Europe portée par une nouvelle génération d’historiens, de Christian Gerlach à Peter Klein ou Andrej Angrick, en passant par Dieter Pohl. En deux décennies, le retard accumulé par manque de sources mais également par défaut d’intérêt a été progressivement comblé : pas une agence gouvernementale qui n’ait sa monographie, pas de leaders ou de responsables intermédiaires qui n’ait donné lieu à une biographie, pas un camp d’extermination dont, de manière détaillée, on ne connaisse enfin l’histoire.

On le voit bien, cette période extraordinaire d’efflorescence historiographique est derrière nous. On pourrait sans crainte parler d’une crise de ce champ historique spécifique dont le signe le plus marquant est qu’on semble ne plus rien espérer de réellement nouveau dans la connaissance, comme si le récit arrivé à maturité s’était figé. Les nouvelles directions prises ces dernières années par les historiens constituent sans qu’ils en aient toujours conscience une réponse à cette situation inédite.

Ainsi le développement massif et salutaire des approches microhistoriques ou de formules apparentées n’aurait certes pas été possible sans une large ouverture des archives, favorisant l’accès aux dossiers personnels ou aux fonds du CICR d’Arolsen. Mais il répond, en premier lieu peut-être, au délaissement d’autres échelles d’appréhension du passé qui apparaissent désormais peu susceptibles d’apporter un gain suffisant d’intellection.

Le renouveau des études sur les victimes, au moment même où les derniers témoins disparaissent, peut être assurément compris comme une heureuse évolution visant à corriger le regard sélectif que nous portions sur le passé : il n’y avait pas eu que des bourreaux, mais aussi des victimes, et jusqu’à la fin, ils avaient souffert, vécu, agi, témoigné. Ils avaient même parfois, comme Emanuel Ringelblum ou d’autres, constitué les archives de leur martyr. Prendre en compte cette part de l’histoire, cependant, ce n’est pas seulement rendre une image plus complète et plus complexe du passé, c’est aussi, on le comprend bien, élargir de manière considérable le nombre des personnes dont l’histoire peut être dite. C’est également, comme y invite Saul Friedländer, introduire dans le corpus documentaire de l’historien les multiples témoignages trop longtemps délaissés et dialoguer de ce fait avec les tout premiers projets d’écriture de l’histoire dont certains, forgés dans le temps même de la guerre, sont tombés dans l’oubli. Il y a là de quoi nourrir le programme des historiens pour les années à venir. Et ce d’autant plus que le développement récent, enfin, des croisements entre histoire et littérature ouvre des perspectives prometteuses. Non seulement le gain en termes de compréhension sensible est évident, mais penser l’histoire avec la littérature est également une manière d’éprouver les limites du récit dominant et d’explorer d’autres modèles historiographiques plus sensibles aux traces, au vécu personnel et collectif, à la question de la fiction, etc.

La création d’une équipe dédiée à l’histoire et l’historiographie de la Shoah dans un tel contexte constitue en vérité une chance : les questions qui se trouvent posée aux chercheurs, tant vis-à-vis des faits eux-mêmes qu’au regard de leur discipline, se doivent d’être plus complexes et par conséquent plus riches.

Comment en effet serait-il possible de poursuivre la construction du récit historique sans prendre une distance nécessaire vis-à-vis de sa constitution au cours des décennies précédentes et de ses modes de production ? A-t-on vraiment tiré les leçons d’une histoire si fortement marquée par son origine judiciaire ? A l’évidence, les attentes des juges comme leur devoir d’efficacité ne sont pas ceux des praticiens de l’histoire scientifique, quand bien même les narrations proposées par les premiers ont durablement influencé les seconds. Faire un retour réflexif sur l’historiographie de la Shoah semble ainsi un préalable indispensable à la poursuite de l’écriture de cette histoire.

Mais d’autres exigences se font jour. L’une concerne la nécessité revendiquée d’une approche pluridisciplinaire, tant il est vrai que le passage par d’autres méthodes et selon d’autres protocoles est également une manière de se déprendre des automatismes de l’écriture historique. Sociologie, science politique, études littéraires : ces disciplines ne doivent plus être considérées comme des adjuvants à l’histoire, mais être mises au cœur de la pratique historienne, dans un redoublement réflexif.

De la même manière, il nous apparaît que cette ressaisie de l’histoire de la Shoah doit réserver une large place à l’enquête collective qui n’a jamais été pratiquée jusqu’alors que sous la forme contrainte de commissions d’enquête publique répondant à un calendrier et des attentes étatiques et mémorielles qui ont pu en altérer les potentialités.

Cette volonté de collégialité répond également à un souci concernant le fonctionnement de ce champ disciplinaire spécifique qui n’est jamais parvenu jusqu’alors à se structurer durablement, malgré la multiplicité des acteurs concernés (universités, CNRS, Mémorial de la Shoah, Fondation pour la Mémoire de la Shoah) ou à cause d’elle. La nouvelle équipe Histoire et Historiographie de la Shoah se propose ainsi d’être un lieu de rencontre et de discussion, sans exclusive.

Elle souhaite enfin rompre avec le tropisme français qui jusqu’à récemment a écarté la recherche française des grands rendez-vous de l’histoire internationale sur le sujet – revues, colloques, réseaux. Elle souhaite ainsi développer des liens étroits avec ses homologues étrangers – en Allemagne, aux Etats-Unis, en Angleterre ou en Israël – par le biais d’échanges réguliers ou dans le cadre de projets scientifiques collectifs.

i